• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Des herbiers anciens permettent de révéler la présence de la mineuse du marronnier dans les Balkans dès 1879

Cela renouvelle l’intérêt d’utiliser les collections anciennes, herbiers comme collections entomologiques, en s’appuyant sur les techniques nouvelles d’investigations, en particulier moléculaires.

Mines de Cameraria ohridella sur feuille de marronnier d'Inde (Aesculus hippocastanum).. © Inra, AUGUSTIN Sylvie
Mis à jour le 09/07/2013
Publié le 01/03/2012

La mineuse du marronnier Cameraria ohridella a été seulement découverte en 1984 à partir d'une infestation des marronniers bordant le lac d'Ohrid en Macédoine. Décrite en 1986 comme appartenant à un genre nouveau en Europe, cette espèce a réussi à envahir presque tout le continent entre 1989 et 2011. Ses chenilles mineuses de feuilles se développent sur le marronnier d’Inde, Aesculus hippocastanum, provoquant d’importants dégâts de type esthétique dans la majorité des grandes villes européennes où cet arbre originaire des Balkans a été utilisé à des fins ornementales depuis le XV IIe siècle.

Les chenilles provoquent le brunissement et la chute prématurée du feuillage au début de l’été. Le contrôle biologique classique de C.ohridella est considéré comme l’unique option valable à long terme, mais nécessite de préciser l’origine géographique exacte de C. ohridella pour trouver des ennemis naturels utilisables en lutte
biologique. Les hypothèses retenues considéraient que l’invasion de la mineuse pouvait être le fruit d’une introduction à partir de l'Asie du Sud, d’un récent changement de plante hôte (qui aurait été auparavant l’érable sycomore ou un autre érable), ou encore l’effet du désenclavement des Balkans en termes de transport de marchandises. L’analyse génétique des populations de mineuse en fonction de la première date d’observation dans un pays donné avait permis de privilégier la dernière hypothèse mais il restait à la confirmer.
L’analyse d'herbiers anciens par une équipe interdisciplinaire coordonnée par l’Inra d’Orléans a mis fin à plus de deux décennies de débat scientifique sur l'origine et la date d'entrée en Europe de la mineuse du marronnier. Les résultats publiés en août 2011 dans Frontiers in Ecology and the Environment, revue scientifique de la Société Ecologique Américaine, ont révélé que la mineuse du marronnier d'Inde vivait déjà en Grèce sur des peuplements indigènes de marronniers en 1879, et était par conséquent présente dans les Balkans plus d'un siècle avant sa description scientifique. Cela a été confirmé par l’examen de nombreux spécimens d'herbiers de plusieurs institutions botaniques européennes ne révélant aucune présence de Cameraria ailleurs que dans les Balkans. La plus ancienne chenille a ainsi été trouvée dans un spécimen d'herbier recueilli en 1879 en Grèce, soit plus d'un siècle avant que l’on ne soupçonne l’existence du genre Cameraria en Europe.
Par l'analyse moléculaire de l’ADN mitochondrial et nucléaire des chenilles anciennes, cette étude a confirmé l'identité de la mineuse du marronnier. Elle a également permis de comparer la diversité génétique des populations actuelles du papillon et des spécimens des herbiers historiques. Les données génétiques recueillies à partir de spécimens d'herbiers révèlent que la mineuse du marronnier est, dans les Balkans, encore plus génétiquement diversifiée que précédemment rapporté. En effet, l’analyse de ces insectes prélevés dans les échantillons d'herbier a permis de découvrir des éléments génétiques non observés jusqu’alors.
La découverte de l’aire d’origine de C.ohridella ouvre de nouvelles perspectives pour la lutte biologique contre celle-ci en zone urbaine. La connaissance de son aire d'origine devrait permettre de trouver des ennemis naturels spécifiques pour développer des stratégies de contrôle.

partenaires
• Muséum d’histoire Naturelle de Londres, Royaume-Uni
• Jardin botanique et Musée botanique de Berlin, Allemagne
• Université de Guelph, Canada
• Technological Educational Institute of Kavala, Grèce