• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Nouzilly (37)

13-14 juin 2019

Neuroendocrine mechanisms and sustainable control of seasonality in sheep and goats. A meeting to honor the career of Philippe Chemineau. June 13-14, 2019, Nouzilly, France.

Mécanismes neuroendocriniens et contrôle durable du saisonnement chez les ovins et les caprins

"Neuroendocrine mechanisms and sustainable control of seasonality in sheep and goats"... Les études des déterminants physiologiques de la saisonnalité de la reproduction et des moyens de la contrôler par des méthodes douces, y compris les interactions sociales, connaissent un retour important sur la scène scientifique. Organisé par l'unité mixte de recherche Physiologie de la reproduction et des comportements (UMR PRC), au centre Inra Val de Loire à Nouzilly, ce colloque international a pour objectif de passer en revue ces aspects, dans leurs dimensions physiologique et neuroendocrinienne, en les plaçant dans une dimension socio-économique et d'application au sein des systèmes d'élevage. De plus, il sera l'occasion de célébrer la carrière de Philippe Chemineau, qui a travaillé plus de 40 ans dans le domaine des sciences animales et de la physiologie, avant d'exercer d'autres responsabilités au sein de l'Inra.

Par Communication Inra Val de Loire
Mis à jour le 29/05/2019
Publié le 28/05/2019

Le contrôle de la reproduction chez les petits ruminants, à savoir le choix préalable du moment et du mode de fécondation, fournit une très forte accélération du taux de progrès génétique, notamment en utilisant l'insémination artificielle (IA) qui permet la détection et la dissémination des meilleures gènes mâles dans tous les troupeaux. Il permet également à l’agriculteur de choisir le moment des naissances dans l’année qui coïncide avec la disponibilité de la nourriture et / ou les conditions du marché les plus favorables. Enfin, il permet de contrôler plus facilement la parturition et de former des lots d'animaux plus uniformes destinés à la consommation ou à la vente.

Dans les pays industrialisés et dans les systèmes de production intensifs, notamment en Europe, ce contrôle a fait l’objet de nombreuses recherches après la découverte du rôle essentiel des hormones stéroïdiennes, en particulier de la progestérone (P4) et des gonadotrophines (LH, FSH) et de l’ECG (ou de la PMSG). Sur la base de ces observations, des traitements "hormonaux" ont été mis au point avec succès dans les années 60 et 70 et sont utilisés chaque année sur des centaines de milliers d'animaux.

Cependant, ces traitements atteignent aujourd'hui leurs limites car ils ne sont pas sans risques pour la santé du consommateur. En effet, ils sont une source de risque pour la santé, ne respectent pas le bien-être des animaux, ils sont une source de contamination de l'environnement et leur acceptabilité par la société est de plus en plus réduite. Ainsi, la tendance actuelle est de développer des techniques agro-écologiques plus durables, moins invasives et de limiter l'utilisation de traitements hormonaux synthétiques. L'émergence récente de préoccupations environnementales a changé le point de vue des professionnels français de l'élevage, qui sont désormais plus concernés qu'auparavant par la mise en œuvre de techniques de sélection durables.

Pour ces raisons, les études des déterminants physiologiques de la saisonnalité de la reproduction et des moyens de la contrôler par des méthodes douces, y compris les interactions sociales, connaissent un retour important sur la scène scientifique. Ce colloque international a pour objectif de passer en revue ces aspects dans ses dimensions physiologique et neuroendocrinienne, en les plaçant dans une dimension socio-économique et d'application au sein des systèmes d'élevage. Ainsi, ce colloque réunira des scientifiques nationaux et internationaux, mais aussi des zootechniciens du domaine public mais aussi des privés (Allice, Capgènes ...) pour examiner ces questions.

De plus, ce symposium sera l'occasion de célébrer la carrière de Philippe Chemineau, qui a travaillé plus de 40 ans dans le domaine des sciences animales et de la physiologie. Il permettra de faire le point sur sa brillante carrière de scientifique ainsi que sur ses responsabilités administratives et politiques sur le terrain.

Contact(s)
Département(s) associé(s) :
Physiologie animale et systèmes d’élevage
Centre(s) associé(s) :
Val de Loire

En savoir plus